Je voudrais vous présenter aujourd’hui une idée que je n’ai découverte qu’il y a quelques mois, mais qui m’a fait comprendre la musique que je joue en très peu de temps. Avant cela, je ne faisais que jouer des suites d’accords et des mélodies, par cœur. Maintenant, je les comprends, et cela donne à mon jeu plus d’assurance. Assurance que je n’aurais pas gagnée en apprenant simplement plus de morceaux.

Vous avez peut-être déjà vu ces vidéos de musiciens qui reprennent “25 chansons à l’aide de 4 accords”. Ces vidéos ont du succès car les gens et les musiciens débutants sont surpris d’apprendre que la très grande majorité de la musique qu’ils écoutent à la radio est en fait toujours la même !

Le malheur est que beaucoup ne s’en rendent jamais compte. Si vous passez de morceau en morceau et que vous travaillez avec l’enregistrement original systématiquement, vous changerez de tonalité tout le temps, et ne verrez jamais les motifs récurrents.

Tonalité de référence

Mais si, en revanche, vous décidez d’adopter une tonalité de référence, dans laquelle vous transposerez tous les morceaux, alors, avec un peu de travail, au bout de quelques mois, votre oreille, à force de répétition, intégrera ces motifs, et saura les repérer, à terme, sans même toucher votre instrument.

Vous comprendrez alors beaucoup mieux la théorie, puisque vous verrez à quel point elle est en réalité simple, quand on divise le problème par douze ! (Au lieu de douze tonalités possibles, une seule.) Evidemment, il est impossible pour beaucoup de musiciens qui jouent en groupe de jouer tout le temps dans la même tonalité, et ce n’est pas ce que je cherche à vous faire essayer. Je parle ici d’une tonalité pour votre travail personnel.

Connaître la tonalité

Je conseille de choisir la tonalité de Do majeur / La mineur, qui correspond aux touches blanches du piano. Si vous avez une autre préférence, cela ira aussi, à partir du moment où vous arrêtez votre choix définitivement à partir d’aujourd’hui.

Une fois cette tonalité déterminée, la première étape est de la connaître. Quelles notes et accords contient-elle ? Quels sont les accords et notes principales ? Quels sont les accords clés ? Si cela n’est pas clair pour vous, n’hésitez pas à m’écrire et je donnerai plus de détails sur la question.

Exercice

A partir du moment où vous avez défini une tonalité de référence, et réfléchissez dans cette tonalité lors de votre pratique musicale, un exercice très intéressant est de vous mettre à analyser la musique que vous écoutez. Prenez un morceau suffisamment simple, et essayez de sentir quels accords sont utilisés. Essayez de visualiser ce morceau avant même de toucher votre instrument.

Comme nous l’avons vu plus haut, 90% de la musique pop utilise les mêmes accords. Si vous avez déjà quelques années d’expérience, vous devriez être capable de reconnaître certains enchaînements. A force d’entraînement, vous pourrez transcrire la plupart des morceaux de cette manière.

Il en va de même des mélodies, à ceci près que pour un guitariste les accords sont à mon sens plus simples à sentir. Dans la plupart des morceaux que nous apprenons, nous imitons des guitaristes, qui jouent des accords, ou des riffs, mais très rarement la mélodie. Pour cette raison nous tendons à être a priori moins habiles avec ces dernières. Mais nous en reparlerons en détails une autre fois.

Exemple

Prenons un exemple. Voici deux morceaux, les notes principales utilisées dans leur mélodie, ainsi que leurs accords (au début) :

  • accords : Sol mineur, Mib, Sib, Fa
  • mélodie : Sol, Ré, Mib, Fa, Do
  • tonalité : Sib majeur
  • accords : Si mineur, Sol, Ré, La
  • mélodie : Si, Fa#, Do#, Ré, Mi, La
  • tonalité : Ré majeur

Transposons en Do majeur :

  • accords : La mineur, Fa, Do, Sol
  • mélodie Avancer : La, Mi, Fa, Sol, Ré
  • mélodie Despacito : La, Mi, Si, Do, Ré, Sol

On voit bien le net avantage qu’il y a à travailler à l’oreille avant de toucher son instrument. Un guitariste qui essaierait de repiquer les deux morceaux à l’aide de sa guitare tâtonnerait d’abord en Sol majeur, puis en Ré majeur. Que de temps perdu pour deux morceaux qu’une oreille entraînée reconnaît immédiatement comme interchangeables !

Conclusion

Je reviendrai sur ce sujet dans d’autres articles. Une telle technique mentale permet, comme je le disais, plus d’assurance, mais aussi, à terme, de pouvoir composer volontairement et non par hasard, et de pouvoir accéder à des genres plus évolués comme le jazz, où, contrairement à la pop et au rock, ne pas comprendre la théorie est inimaginable.

Pour aller plus loin…

Si vous souhaitez en savoir plus sur les sujets présentés sur ce site, et être informé lors de la publication d’un nouvel article, remplissez simplement le formulaire ci-dessous :

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas visible. Les champs obligatoires sont marqués *

Chargement...